Retrospective Devfest Lille 2018

on 13 July EVENT and Tags: , , , , , , , , , , , , , , with 0 comments
Ce jeudi 21 juin, jour de la fête de la musique, était aussi l’occasion de fêter le développement informatique, avec la seconde édition du Devfest à Lille. Une journée de conférences, de code labs, d’ échanges sur les sujets du Web, du Mobile, du Cloud, des technologies Google et de leur utilisation par les acteurs locaux.

Merci à Sébastien pour son feedback sur l’évènement :

9h Keynote d’ouverture

C’était un talk sur l’importance de l’ergonomie et d’une bonne User eXperience dans les programmes.
Avec des exemples dans les jeux vidéo, pour commencer la journée sans trop forcer.

Un programme informatique, aussi bien fait soit-il, n’est rien s’il n’est pas compréhensible ou si son utilisation est rebutante pour l’utilisateur.

10h ESM : EcmaScript Modules in browser and NodeJS. It’s about time !

A permis de remettre les idées claires entre les différents systèmes de modules, que ce soit côté serveur (avec NodeJS) ou dans le navigateur (et bonus, avec bibliothèques de fallback pour les navigateurs qui ne supportent pas encore les modules : il n’y en a plus beaucoup).

11h Le machine learning par un imp-op-steur

Petite introduction aux réseaux de neurones, sans trop rentrer dans les détails mathématiques.
C’est sûr qu’on n’a fait que survoler ce trop vaste sujet, mais on a appris comment faire sans bibliothèque (TensorFlow, par exemple).
Ce qui permet de démystifier certaines choses, ou de mieux comprendre les bases pour ne pas faire n’importe quoi quand on ajoute ensuite une bibliothèque spécialisée, par exemple.

13h Tout le monde sait comment utiliser Angular / React / VueJs … mais savez-vous comment utiliser JavaScript ?

Ici, comme pour le machine, learning, on a recodé les briques principales des framework JS à la mode.
Le but n’est pas non plus de se passer d’Angular, React ou VueJs (qui gèrent beaucoup de cas tordus et sont bien optimisés), mais de comprendre comment ils fonctionnent en les redéveloppant de zéro, et de voir que les concepts sont assez basiques.
On en ressort grandi, sachant mieux maîtriser les outils puissants qu’on a à notre disposition aujourd’hui tout en connaissant leurs limites, quand et où les utiliser ou ne pas les utiliser.

14h HTTP2 en pratique

On connait maintenant tous les gains de vitesses apportés par l’HTTP2.
Dans cette présentation, on a vu comment le mettre en pratique dans Tomcat, NodeJS, Apache et d’autres serveurs principaux.
On a vu la différence entre http-1.1, h2 (HTTP2 avec HTTPS), h2c (HTTP2 sans HTTPS), les subtilités en fonction de ce que supportent les clients et serveurs (fallbacks en http1, ou erreur en fonction des combinaisons).
S’il n’y a qu’une chose à retenir : aussi prometteur que le push puisse paraître, sa mise en place nécessite beaucoup de réflexion pour le faire intelligemment : on pourrait pousser à tord des ressources qui étaient déjà dans le cache du navigateur, dégradant ainsi les performances plutôt que de les améliorer.

15h Modern API Authentication 101

Talk très complet sur les différentes façons de sécuriser une application.
On y a été crescendo pour rajouter une couche de sécurité après l’autre :
* API Tokens (facile à mettre en place, mais pour un système centralisé)
* OAuth 2 (protocol standard de délégation d’authentification)
* OAuth 2 + JWS (validation distribuée, stateless)

16h De la domotique faite-maison avec Android Things et le Google Assistant

Ça, c’était plus pour le fun, une autre conférence ne m’intéressant pas, et une autre qui m’était déjà familière.
Le speaker a montré avec humour comment les pauvres font pour brancher une smart-ampoule chinoise à leurs Google Home, pour seulement quelques euros, comparés aux centaines d’euros que les riches mettent pour acheter des Philips Hue
La conférence gardait ce même thème décalé pour décortiquer comment ces smart-things fonctionnent et comment on peut les faire dialoguer très simplement grâce aux puissants outils fournis par Android Things.
On a commandé une prise, envoyé des commandes en infrarouge à une lampe 3D, ou en bluetooth à d’autres objets…
Bref, c’était complet, et les makers dans l’âme en ont pris plein les yeux.

17h Data Stream avec Apache Beam / Cloud Dataflow

Comment faire de la gestion unifiée de batchs et de flux de données live !
Comment agréger les données, à la manière de MapReduce, mais en live, en configurant des fenêtres d’écoutes (fixes, glissantes, ou regroupées en sessions), comment gérer les données qui arrivent en retard par rapport à leurs fenêtres, comment transformer ou projeter les données, et comment composer son workflow avec tous ces concepts.
On se rend compte que derrière un concept apparemment tout simple (un flux de données continu à traiter), se cache un grand nombre de problématiques qu’il faut pouvoir gérer correctement (abandonner des données traitées trop en retard, ou fournir des résultats spéculatifs avant d’avoir toutes les informations pour avoir les données définitives, etc.).

18h Keynote de fermeture

Pour terminer sur une note légère, ce “talk” était basé sur le principe “Speechless” à la mode actuellement du côté de la Silicon Valley.
Trois speakers de la journée se sont vu assigner des présentations farfelues au hasard par le public, qu’ils ont dû présenter avec des diapositives encore moins sérieuses et inconnues de l’orateur au moment où il les présente !
On a ainsi découvert pourquoi la Fiat Multipla a été un échec commercial, pourquoi Internet Explorer a été abandonné, et le récit d’un père emmenant ses enfants voir la Reine des Neiges, diagrammes à l’appui

Il y avait aussi codelabs afin d’ apprendre et de s’entraîner via des sessions de deux heures directement sur une nouvelle technologie.

Pour aller plus loin :  📽 les vidéos des conférences sont déjà disponibles, vous pouvez y accéder en cliquant sur les titres des talks ci-dessus.

Belle journée où on apprend, on pratique et on partage de supers moments  !